Fedor dominé, malmené et... retraité?

Publié le par Strikeforce

Article de  Nicolas Landry du site rds.cd

 

La première étape du tournoi de poids lourds de l’organisation Strikeforce a peut-être été le théâtre de la fin d’une époque.http://www.mmaopinion.com/blog/wp-content/uploads/2011/02/Untitled.png

Le légendaire Fedor Emelianenko, pratiquement imbattable au cours des dix dernières années, a subi sa deuxième défaite de suite vendredi soir alors qu’il était opposé au géant brésilien Antonio Silva.

Après le combat, par le biais de sa traductrice, Emelianenko a clairement laissé entendre qu’il pensait tirer un trait sur sa glorieuse carrière.

"Peut-être qu’il est maintenant le temps de quitter. Peut-être qu’il s’agit de la volonté de Dieu", a dévoilé Fedor, le tour de l’œil droit gonflé par le sang.

L’arbitre Dan Miragliotta a mis fin au combat après le deuxième round, dans lequel Fedor a été complètement dominé.

Concédant près de 50 livres à celui qu’on surnomme Bigfoot, Emelianenko a été cloué au sol dans les premières secondes de la deuxième reprise et n’a jamais eu la chance de se relever. Quand Silva n’était pas en position dominante pour lui faire subir un furieux ground and pound, il lui prenait le dos et tentait d’enclencher un étranglement arrière.

Avec 2:10 à faire au round, Silva s’est placé en position de contrôle latéral et a amorcé une tentative d’étranglement triangulaire à laquelle Fedor a résisté pendant 30 secondes.

À 35 secondes de la fin du round, Silva s’est emparé de la jambe gauche de Fedor dans l’espoir de le faire abandonner avec une clé de genou. Le Russe a répondu en pivotant sur lui-même pour s’emparer de la cheville gauche du Brésilien, position dans laquelle les deux assaillants ont laissé les dernières secondes s’écouler.

Le combat s’est terminé dans la confusion, alors que les deux combattants étaient repliés dans leur coin pour récupérer. Ce n’est que plusieurs secondes après que Miragliotta eut rendu sa décision que Silva a fondu en larmes en apprenant le verdict.

Emelianenko (32-3-1) est demeuré invaincu du 6 avril 2001 au 26 juin 2010, une séquence au cours de laquelle il a remporté 28 victoires de suite.

Auteur de la première grande surprise du tournoi, Silva affrontera au prochain tour le gagnant du combat entre Fabricio Werdum, celui qui avait battu Emelianenko l’été dernier, et Alistair Overeem, le champion des poids lourds de Strikeforce.

Le Pittbull ne mord plus

Dans le combat qui marquait les débuts officiels du tournoi tant attendu, Sergei Kharitonov a signé une victoire par K.-O. aux dépens d’Andrei Arlovski.

Arlovski a débuté le combat avec les pieds légers et les yeux fixés sur l’objectif. Il a lancé les premiers assauts, alternant les coups de pieds aux jambes de Kharitonov et les combinaisons au visage.

Mais Kharitonov a patiemment traqué l’ancien champion du UFC, qui s’est éventuellement retrouvé piégé contre le grillage. Les deux combattants ont engagé le corps à corps et Arlovski a commencé à encaissé les uppercuts.

À la troisième minute, Kharitonov a envoyé le Pittbull au plancher avec une droite et l’a achevé avec trois briques au visage. Les yeux vides, Arlovski ne réalisait probablement pas encore qu’il venait de subir une quatrième défaite de suite.

Quand l’arbitre Kevin Mulhall a stoppé l’action à 2:49 du premier round, Kharitonov avait touché la cible avec 22 coups en puissance. Il n’en avait aussi reçu que huit.

En demi-finale du tournoi, Kharitonov affrontera le gagnant du combat à venir entre Josh Barnett et Brett Rogers.

Del Rosario le remplaçant

Avant que les gros canons ne fassent leur apparition, Shane Del Rosario a défait Lavar Johnson par clé de bras à 4:31 du premier round, devenant ainsi le premier remplaçant en ligne si une blessure devait survenir dans le tournoi de Strikeforce.

Il s’agissait d’une onzième victoire en autant de combats pour Del Rosario, une troisième de suite acquise par soumission.

Dans les autres combats de la carte principale, Chad Griggs a battu Gian Villante (K.-O. à 2:49, R1) et Valentijn Overeem, le frère d’Alistair, a battu Ray Sefo (soumission, 1:37 R1).

Publié dans Strikeforce

Commenter cet article